Réfugiés : en Hongrie, la course contre la montre

| | |

Remonter le pont-levis au plus vite pour protéger la Hongrie et l’Europe de l’arrivée des barbares. C’est un peu le sentiment qui prévaut dans ce pays aux avant-postes de l’espace Schengen.

Par Corentin Léotard Des centaines de militaires sont à pied d’œuvre pour tenter de verrouiller au plus vite les 177 km de frontière avec la Serbie. Des barbelés confectionnés par des détenus sont tirés à la hâte sur les segments les plus empruntés, en attendant la « vraie » clôture. Mais ils ont déjà été sectionnés en plusieurs points par des migrants « de plus en plus agressifs », selon le constat de János Lázár, le bras droit du Premier ministre Viktor Orbán. La Hongrie n’envoie pas l’armée comme l’a fait la Macédoine, mais János Lázár a annoncé la semaine dernière un déploiement policier massif dans l’espace frontalier, ainsi que le rétablissement (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous