Réfugiés : en Croatie, chronique d’une « catastrophe humanitaire » annoncée

| | |

Depuis le 17 septembre, plus de 44 000 réfugiés sont entrés en Croatie. Sur le terrain, les organisations humanitaires dénoncent une situation chaotique. En cause : l’ouverture et la fermeture constantes des points de passages frontaliers. Pour ne rien arranger, la Hongrie a entrepris de clôturer sa frontière avec la Croatie, tandis que la Serbie a interdit l’importation des marchandises croates. Zagreb, en retour, a interdit l’entrée de tout véhicule serbe sur son territoire.

Par Ph.B. Depuis plus d’une semaine, les frontières s’ouvrent et se ferment comme des clapets entre la Hongrie, la Croatie et la Serbie. Les organisations humanitaires dénoncent une gestion « chaotique » de la crise par les gouvernements. Budapest, Zagreb et Belgrade se renvoient la balle. Sur le terrain, les volontaires ne savent plus où donner la tête. La tension devient palpable. Et les réfugiés, soumis à rude épreuve, se demandent de quoi l’Europe est faite. « C’est la pagaille », résume Jan, 21 ans, un volontaire tchèque arrivé en Croatie le week-end dernier. « Les itinéraires changent à tout bout de champ, on n’a pas le temps de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous