Réfugiés en Grèce : à Lesbos, surpeuplement et coronavirus

| |

Après que la Turquie a brutalement rouvert ses frontières fin février, la situation est devenue intenable sur l’île de Lesbos, déjà surpeuplée. Après les agressions de réfugiés, d’humanitaires et de journalistes, c’est maintenant l’épidémie de coronavirus qui fait craindre le pire. Interview.

Propos recueillis par Marina Rafenberg CdB : Ces dernières semaines, nous avons observé également des locaux avoir des comportements violents envers des demandeurs d’asile mais aussi des journalistes et des humanitaires. Est-ce encore le cas ? Comment expliquez-vous ces réactions ? A. Z. : Ces dernières semaines, nous avons vu des réactions extrêmes, que nous avions jamais vu sur l’île depuis 2015 : des photographes agressés, leur matériel cassé, des réfugiés qui ont été empêchés d’accoster, une école pour enfants réfugiés incendiée, etc. Le climat est inquiétant. Les habitants de Lesbos sont en colère depuis plusieurs mois, ils ne se sentent pas (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous