Réfugiés : accord à Bruxelles, querelle à Belgrade et Zagreb

| |

Alors que les Vingt-huit sont parvenus à s’entendre sur la répartition de 120 000 réfugiés dans les pays de l’UE, une nouvelle guéguerre a éclaté entre Belgrade et Zagreb sur la fermeture de la frontière entre la Serbie et la Croatie. Le Premier ministre Vučić a brandi la menace de sanctions commerciales et demandé à Bruxelles d’arbitrer la querelle.

(Avec agences) — Mardi, le Premier ministre serbe Aleksandar Vučić a adressé une lettre aux dirigeants de l’Union européenne pour les avertir que la Serbie pourrait imposer des sanctions à la Croatie si Zagreb continuait de bloquer la frontière. Il en a également appelé à une médiation européenne dans la dispute entre les deux pays. Depuis le 17 septembre, la Croatie a fermé la plupart de ses frontières avec la Serbie. Belgrade a tiré la sonnette d’alarme, craignant des dommages économiques importants si le blocage se poursuit. Selon Aleksandar Vučić, la Croatie viole l’Accord de stabilisation et d’association (ASA) signé entre l’UE et la Serbie en (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous