Kathimerini / Ta Nea

Réforme des retraites en Grèce : les syndicats en échec ?

| | |

Mercredi 7 juillet, le Parlement grec a adopté la loi sur la réforme des retraites. Celle-ci prévoit un allongement progressif de la durée de cotisation : 40 ans à partir de 2013 contre 37 actuellement, et un départ à 65 ans au lieu de 60 ans. Elle faisait partie des exigences du FMI et de l’UE pour redresser l’économie grecque. La grève générale organisée le lendemain n’a connu qu’un succès très limité. Les syndicats semblent mis en échec. L’analyse de Kathimerini et de Ta Nea.

Par Nikos Konstantaras Avec le vote au parlement du projet de loi sur la protection sociale et la réforme des retraites, notre vie va changer. Des changements radicaux concernant le régime de protection sociale et de travail sont votés – des changements qui vont déterminer la façon dont nous allons travailler et dont nous allons vivre sur nos vieux jours. De cette façon, non seulement le gouvernement remplit-il les obligations qu’il avait prises au nom du pays en signant le mémorandum d’entente avec le FMI et l’Union européenne, mais aussi, en ce qui concerne le régime de travail, avance-t-il d’un trimestre le calendrier des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous