Dnevnik

Racisme anti-rom : exutoire et symptôme de la crise européenne

| |

La politique anti-rrom du gouvernement français n’est qu’un symptôme des tensions du monde contemporain. Les Rroms sont utilisés comme boucs émissaires par des gouvernants peu scrupuleux, mais ils cristallisent aussi toutes les peurs suscitées par la mondialisation libérale. Le point de vue du philosophe et essayiste bulgare Ivaylo Ditchev.

Par Ivaylo Ditchev [1] La droite actuellement au pouvoir en France cherche à désigner des ennemis extérieurs. Son but ? Atténuer à la fois le bruit médiatique causé par la mise à mal de l’Etat providence et la réduction, toujours plus importante des fonds accordés aux programmes sociaux. Sarkozy et Berlusconi choisissent les Rroms alors que Poutine guerroyait avec les Tchétchènes. Bush Junior avec l’Islam, et Boyko Borissov, le Premier ministre bulgare, avec la triple coalition. Cette méthode est efficace et fonctionne selon le principe du bouc émissaire. On trouve quelqu’un de vulnérable pour déverser sur lui ses frustrations - dans une telle (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous