Le Courrier des Balkans

Privatisations en Bosnie : l’interminable requiem de l’Holiday Inn de Sarajevo

| |

Cela devait être « la privatisation la plus réussie » de la Bosnie-Herzégovine d’après-guerre. Au contraire, la justice bosnienne a prononcé, le 6 juin dernier, la faillite légale de l’hôtel Holiday Inn, symbole des JO de 1984 et du siège de Sarajevo. Derrière ses façades jaune et ocre se cachent les méfaits d’une décennie de gestion criminelle, orchestrée par la banque Hypo Alpe Adria.

Par Andrea De Noni Hajro a l’air désespéré, alors qu’il termine son café dans la hall de l’hôtel presque désert. Il vient d’interrompre son long récit sur l’histoire de l’interminable crise de l’Holiday Inn. « J’espère que ça ira mieux », soupire-t-il, « mais honnêtement, je ne me fais aucune illusion. Et pourtant, nous avons tout pour redevenir l’un des meilleurs hôtels de Bosnie-Herzégovine. Quand on a ouvert, on était à l’avant-garde, les meilleurs de toute l’ancienne Yougoslavie. Maintenant, on a tout perdu ». Construit à la veille des Jeux Olympiques d’hiver de 1984, l’hôtel Holiday Inn était destiné à l’élite de la société yougoslave. Au fil des trente (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous