Vreme

Privatisation de la culture en Serbie : tout est à vendre !

| |

À Belgrade aussi, les librairies et les cinémas cèdent la place à des cafés, des boutiques de vêtements ou des parfumeries. La vente de la société de production Dunav Film et le lancement d’un appel d’offre pour le rachat de la maison d’édition Prosveta rappellent que la privatisation de la culture est toujours à l’ordre du jour en Serbie. Une nouvelle qui ne réjouit ni le public ni les acteurs culturels. Tour d’horizon avec l’hebdomadaire Vreme.

Par Sonja Ćirić Le dernier compte-rendu traitant de la privatisation des institutions culturelles, début décembre, l’a annoncé : l’une des plus vieilles institutions locales chargées de la production de films, Dunav Film, a été vendue. L’appel d’offre pour le rachat de Prosveta, l’une des plus anciennes maisons d’édition des Balkans, est en cours. L’Arena, cinéma de Novi Sad, a connu son ultime projection. Les éditeurs Rad et Filip Višnjić sont à leur tour « jetés » dans le processus de privatisation, ayant rejoints les éditions Nolit et les cinémas Beograd Film, vendus voici bientôt trois ans. Mettons-nous d’accord : la privatisation en tant que telle (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous