Le Courrier des Balkans

Pourquoi la Croatie a-t-elle renoncé à sa Zone de pêche (ZERP) ?

|

La récente renonciation de la part du gouvernement croate à l’institution d’une Zone de protection écologique et de pêche (ZERP) en Adriatique a été un sacrifice nécessaire pour confirmer l’engagement fort du pays dans la coopération régionale et surtout dans la collaboration avec les pays de l’Union européenne. D’autant plus que cette renonciation momentanée n’empêche pas que les ressources naturelles de la Croatie ne puissent pas jouir d’une protection plus importante, une fois le pays entré dans l’Union européenne.

Par Déborah Grbac [1] Les débuts de la question de la ZERP Les débuts de la question de la Zone de protection écologique et de pêche croate (ZERP, Zaštićeni ekološko-ribolovni pojas) dans la mer Adriatique remontent à l’an 2003, après avoir failli devenir un sujet sérieux de contentieux avec les pays voisins et riverains de l’Adriatique, elle s’est enfin estompée, cinq ans après, avec une décision bien sage prise de la part du Premier ministre croate M. Ivo Sanader, qui a voulu par ce moyen encore une fois détacher la Croatie des problèmes de l’Europe sud-orientale et permettre au pays de ne pas perdre ultérieurement du temps dans son avancée (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous