Koha Ditore

Portrait de famille de la misère politique du monde albanais

| |

Depuis une décennie, les politiciens albanais cherchent à construire le capitalisme sur les fondements de la contrebande et à créer des sociétés démocratiques sur des bases claniques. En Macédoine, le BDI d’Ali Ahmeti perd très vite le soutien du peuple, parce qu’il a oublié que la guerre ne s’est pas terminée le jour de la signature des accords d’Ohrid, mais qu’elle se terminera seulement le jour où les dispositions de ces accords seront réalisées.

Par Kim Mehmeti Si tous les leaders albanais suivaient l’exemple de Fatos Nano en se mariant en secondes noces avec une non-Albanaise, si Rugova devenait gendre d’un Serbe, si Ali Ahmeti se mariait avec une cousine de Crvenkovski… Non seulement les Albanais seraient davantage considérés comme un peuple cosmopolite, mais ils prouveraient leur tradition européenne déjà riche de plusieurs siècles d’histoire : les empereurs de l’Europe antique ont souvent dépassé leurs conflits internes en nouant des alliances entre voisins et ennemis conjurés. De plus, ce phénomène aiderait nos dirigeants à se sentir plus libres dans la prise de décisions en ce qui (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous