Le Courrier des Balkans

Plevlja l’ottomane, ou l’eau du paradis

|

La ville de Pljevjla au nord du Monténégro offre aux yeux du visiteur attentif de nombreux vestiges de l’époque ottomane, malheureusement dans un très piteux état. Les autorités semblent vouloir effacer tout souvenir de cette période, qui a pourtant façonné la société, la culture et l’art de vivre de la ville. Ce patrimoine en grand péril a inspiré ce texte à notre envoyée spéciale, Jacqueline Dérens.

Par Jacqueline Dérens J’ai vécu comme une horloge sans aiguilles, le temps s’est écoulé sans mesure. J’ai vécu les heures de gloire de ma famille, pacha régnant sur d’immenses domaines dans le Sandzak où je suis né. J’ai traversé l’Histoire sans y prendre garde, sans rechigner, sans me rebeller. J’ai pris la vie comme elle venait, je n’avais pas la force de la plier à ma volonté. Je suis le dernier pacha. Dans le jardin poussent deux rosiers, un rouge et un blanc. Comme moi, ils ne se soucient pas des herbes folles qui les entourent, ils ne demandent aucune attention, ils puisent leur force dans la terre qui les a vu naître et qui les nourrit. Avec (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous