Gazeta Shqiptare

Peinture et poésie : Maks Velo, un artiste albanais à Paris

| |

Né à Paris en 1935, le peintre et poète albanais Maks Velo est un homme libre. Victime de la dictature communiste - il a passé huit ans en camp d’internement -, il a gardé intacte sa volonté de se battre contre tous les formes d’oppression. Ses dessins comme ses poèmes transpirent une sensibilité à fleur de peau. L’écrivain Luan Rama lui rend un hommage appuyé, évoquant son dernier livre, Paris, qui vient d’être traduit en français.

Par Luan Rama La dernière fois que Maks Velo était à Paris, je n’ai pas pu le rencontrer. Mais un message m’annonçait que son dernier livre sur Paris était paru aux éditions Emal, sobrement titré Paris. Quand j’ai eu le livre en main, face à ses dessins au crayon et à ses pastels, j’ai commencé à lire ses poèmes. Immédiatement, son visage réfléchi et les rues de cette capitale qui compte plus pour Max que pour n’importe qui d’autre m’apparurent. Ses parents habitaient Paris en 1935, lorsqu’il est né sous l’un de ces toits en zinc qui titillent encore son âme. Tout au long de ces deux dernières décennies, ses retours ressemblaient à de la béatitude, à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous