Osservatorio Balcani e Caucaso

« Other countries, other citizenships » : les identités migrantes d’Anila Rubiku représentent l’Albanie à la Biennale de Venise

| |

Des chapeaux, un sol couvert de haricots et de mouchoirs brodés… Anila Rubiku est une artiste albanaise qui travaille entre Milan et Tirana. Mélangeant diverses techniques et en entreprenant des projets de quartiers, son oeuvre est très attentive aux problèmes des femmes en Albanie et en Italie, à l’identité des migrants, à la parité. L’Osservatorio Balcani e Caucaso l’a rencontrée. Interview.

Propos recueillis par Marjola Rukaj Anila Rubiku est actuellement présente au Pavillon albanais de la Biennale de Venise, avec une installation intitulée « Autres pays, autres nationalités » (Other countries, other citizenships). C’est l’occasion pour elle de réfléchir sur l’identité culturelle, nationale, linguistique et individuelle des migrants aux prises avec l’héritage de leur pays d’origine et de leur pays d’adoption. Osservatorio Balcani e Caucaso (Osb) : Quels sont les thèmes de prédilection dans vos travaux ? Anila Rubiku (A.R) : La plupart de mes travaux se rapportent à la maison, aux voyages et aux femmes. Ce dernier thème, m’est (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous