Le Courrier de la Macédoine

Nikola Madžirov, poète macédonien, nomade et universel

| |

Traduite dans une vingtaine de langues, la poésie de Nikola Madžirov ne laisse personne indifférent. C’est l’un des poètes macédoniens les plus connus de la nouvelle génération, qui a reçu de nombreux prix, dont celui des Soirées poétiques de Struga. Il mène la plupart du temps une vie nomade à l’extérieur du pays, tout en promouvant ses ouvrages, et rentrait juste des États-Unis quand il a accordé cet entretien au Courrrier de la Macédoine.

Propos recueillis par Srebra Pašovska Le Courrier de la Macédoine (CdMk) : Tu as fait la promotion de ta poésie aux États-Unis, dans plusieurs universités et festivals. Es-tu satisfait de l’accueil que tu as reçu ? Nikola Madžirov (NM) : Il existe un conflit esthétique entre la lecture de la poésie et l’écoute du public, quelque chose hors des frontières géographiques et spatiales. L’auditeur écoute aussi les autres sons et les silences pendant la lecture, il s’éloigne, ou se rapproche de ce qu’est la poésie en général, mais aussi de l’ambiance dans laquelle le poème a été écrit. Le lecteur crée aussi l’ambiance, par des pauses, inconscientes, et (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous