Slobodna Evropa

Nettoyage ethnique au Monténégro : un crime sans coupables

| |

Choc, sarcasmes, colère… Les familles des victimes, les défenseurs des droits de la personne et les représentants de la communauté bosniaque au Monténégro ont vivement critiqué l’acquittement, jeudi dernier, des anciens policiers accusés d’avoir livré aux forces serbes de Bosnie les réfugiés bosniaques qui s’étaient réfugiés au Monténégro en 1992. Ce crime d’État, commis en violation flagrante de toutes les conventions internationales, reste donc impuni.

Par Predrag Tomović et Srđan Janković Neuf anciens policiers monténégrins accusés de crimes de guerre contre la population civile ont été acquittés par la Cour suprême de Podgorica. Ils étaient accusés d’avoir déporté et livré aux forces serbes des réfugiés de Bosnie-Herzégovine, en 1992. Le juge Milenka Žižić a déclaré qu’il n’y avait aucun élément prouvant que les accusés avaient participé au conflit armé, condition nécessaire pour établir l’existence d’un crime de guerre. Il s’agit du second jugement de la Cour suprême acquittant des accusés de crimes de guerre contre la population civile. Le premier acquittement, en mars 2011, concernait des dirigeants (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous