Vijesti

Népotisme et clientélisme, au Monténégro tout est affaire de famille

| |

Un Premier ministre actionnaire majoritaire d’une banque qui gère les investissements étrangers, un vice Premier ministre qui construit illégalement un complexe touristique pour l’entreprise qu’il co-dirige, une ministre chargée d’une loi sur l’intégrité du secteur public qui fait nommer son mari à la tête d’une société publique... Népotisme et clientélisme gangrènent toujours le Monténégro malgré les pressions de plus en plus fortes de l’Union européenne.

Par Dragana Babović et Mila Radulović L’agression en août du photographe et du rédacteur en chef adjoint de Vijesti, Boris Pejović et Mihailo Jovović par Miomir Mugoša et son fils Miljana pris une dimension inhabituelle. Rares sont les villes en Europe comme Podgorica où les habitants peuvent être agressés à coups de poings et d’armes à feu qu’ils soient député, maire, membre du plus grand parti au pouvoir, diplomate, président de l’assemblée d’une banque ou dirigeant d’un club de football de renom. Le Monténégro, une affaire de famille Les « entreprises familiales » qui se partagent d’importantes fonctions publiques ne sont pas spécifiques à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous