Le Courrier des Balkans

Musique : la Serbie passe à la trap, un rap à l’hédonisme subversif

| |

Aujourd’hui, la jeunesse serbe ne jure que par la trap, ce hip hop trash originaire du sud-est des États-Unis. Comme leurs idoles noires américaines, les trappeurs balkaniques revendiquent leur appartenance à une marge oubliée et dérangeante, qui dénonce l’ordre établi sur fond de drogues et d’hédonisme outrancier. Avec un mot d’ordre : « qu’advienne ce qui ne peut pas advenir ! ».

Par Jovana Papović La courte histoire du hip-hop en Serbie est indissociable des évolutions socio-politiques du pays. Mouvement culturel né dans la rue et doté d’une incroyable adaptabilité interculturelle, le hip-hop semble être bien placé pour refléter les évolutions sociétales et témoigner des effets de la « logique culturelle du capitalisme tardif » sur le quotidien de la jeunesse qui le produit et l’écoute. Écoutez notre playliste spéciale : La Serbie passe à la trap, un rap à l’hédonisme subversif Même si quelques groupes yougoslaves, tels que Master Scratch Band, s’y étaient déjà essayé dans les années 1980, ce n’est qu’au milieu des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous