Bilten

Musique : Croatia Records, l’industrie du spectacle au service du pouvoir

| |

Avant, c’était Jugoton. Depuis 1992, c’est Croatia Records. Le plus grand label croate devrait bientôt être racheté par le N°1 mondial de l’industrie du disque, Universal, qui lorgne sur son catalogue. Seulement, personne ne sait à qui appartient vraiment l’entreprise... Sans compter les liens de certains de ses dirigeants avec les cercles nationalistes. Comment en est-on arrivé là ?

Par Nikola Vukobratović Dans le quartier de Dubrava à Zagreb, le complexe architectural où étaient installés la maison de disque et les studios d’enregistrement Jugoton est toujours intact. Mais aujourd’hui, plus de vingt ans après la privatisation de l’entreprise, peu de bâtiments et d’infrastructures servent encore à l’industrie du disque. Autrefois, près de 550 employés s’attelaient là à toutes les étapes de la production musicale. Aujourd’hui, les locaux sont loués à des entreprises privées diverses à des fins de stockage. Le destin de Jugoton ressemble beaucoup à celui de son voisin, un autre géant de l’industrie du divertissement yougoslave - (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous