Monténégro : une si lente et si difficile normalisation de la vie politique

| |

Un gouvernement sur la sellette, des réformes et un processus d’intégration européenne à la peine. La scène politique monténégrine a bien du mal à se « normaliser », après trente ans de règne sans partage du Parti démocratique des socialistes (DPS) de Milo Đukanović. L’analyse sans concession de Daliborka Uljarević.

Traduit par Jasna Tatar Anđelić (article original) Daliborka Uljarević dirige le Centre pour l’éducation civique de Podgorica. Monitor (M.) : La Republika Srpska de Bosnie-Herzégovine a célébré sa « fête nationale » le 9 janvier, l’occasion d’un grand déballage nationaliste. Le métropolite Joanikije, le chef de l’Église orthodoxe serbe au Monténégro, a assisté aux cérémonies de Banja Luka, tandis que le maire de Budva a adressé ses félicitations. Sommes-nous donc revenus aux années 1990 ? Daliborka Uljarević (D.U.) : La différence par rapport aux années 1990 est que les cartes sont disposées différemment, malgré l’apparence de déjà vu. Certaines (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous