Monténégro : un nouveau gouvernement que tout le monde adore critiquer

| |

Le gouvernement monténégrin marche sur des œufs. Alors que le Président Milo Đukanović transforme la cohabitation en sport de combat, l’exécutif est miné de l’intérieur par les composantes pro-serbes de sa propre majorité, soutenues par Belgrade. Prochain test : les municipales du 14 mars à Nikšić.

Traduit par Jasna Tatar Anđelić (article original) Après trente ans de règne sans partage de Milo Đukanović et de son Parti démocratique des socialistes (DPS), le nouveau gouvernement du Monténégro est sévèrement critiqué par sa propre majorité parlementaire et le pays risque de replonger dans ses divisions historiques. Car les Monténégrins sont toujours enclins à exagérer, dans le bien comme dans le mal – s’ils ne peuvent être les meilleurs, ils préfèrent être les pires. En quelques mois, ils sont passés d’un pays qui n’avait jamais connu d’alternance démocratique, exclusivement gouverné par un homme – qu’il soit Président, Premier ministre, prince (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous