Monténégro : Pljevlja, un bazar disparu

| |

Ancienne capitale du sandjak d’Herzégovine, Pljevlja fut pendant des siècles un centre de pouvoir et un important carrefour commercial. Mais que reste-t-il aujourd’hui de cet héritage ottoman qui a façonné la société, la culture et l’art de vivre de cette ville du nord du Monéténgro ? Les bâtisses ottomanes ont laissé la place aux édifices communistes et le souvenir même de ce passé glorieux commence à disparaître.

Par Jean-Arnault Dérens et Laurent Geslin [1] Le développement de Pljevlja ne commence véritablement qu’avec la conquête turque. La très petite agglomération passe sous le contrôle des Ottomans en 1462. Ceux-ci rebaptisent la bourgade du nom de Tašlidža, ou « thermes de la pierre ». Plevlja/Tašlidža est une ville ouverte, sans fortifications. Selon le recensement du Sandjak d’Herzégovine de 1477, c’est déjà un lieu de marché connu, qui compte 101 foyers et 12 jeunes hommes non mariés. Le développement de Pljevlja/Tašlidža s’explique avant tout par sa position sur les routes de caravanes remontant de Raguse (Dubrovnik). Depuis Pljevlja/Tašlidža, on (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous