Monitor

Monténégro : Les deux visages du mandat d’arrêt

| |

Le cas de Dragomir Becirovic peut servir d’illustration précise de la
façon dont on peut devenir soi-même une victime des choix politiques que
l’on défend.

Vendredi, les inspecteurs de la police monténégrine ont attendu devant son immeuble et conduit pour une " conversation informative " Dragomir Becirovic, correspondant en chef de Politika. Cette " conversation " a duré huit heures, et d’après Becirovic, la police s’est surtout intéressée à la source des informations dont il s’était servi pour son article publié sous le titre " Djukanovic sur les ailes de l’OTAN ". Cette prose d’une riche imagination poétique est suspectée d’enfreindre les paragraphes de la loi interdisant de tourner en dérision " la République du Monténégro ou une autre République de la Fédération yougoslave ". Becirovic a (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous