Monitor

Monténégro : le paradis fiscal des ONG bidon

| |

Au Monténégro, sous le nom d’organisation non gouvernementale, on peut gérer des boutiques de fleurs, des cafés, des jardins d’enfants, des kiosques, tout ce que l’on peut imaginer. Cela signifie que l’on peut gagner de l’argent sans payer d’impôts, au vu et au su des institutions de l’État.

Par Milena Perovic Ce dont rêve tout transgresseur des lois, c’est d’un endroit où l’on gagne bien sa vie sans que l’État ne perçoive un centime : cet endroit existe déjà, vous le devinez, c’est le Monténégro. Il vous faut seulement trouver un jour de liberté et persuader quelques amis ou parents de signer le document de création d’une ONG. Selon vos affinités, c’est alors à vous qu’il appartiendra de vous lancer dans telle ou telle affaire, évidemment en fonction du capital que vous pouvez investir. Par exemple, vous pouvez envisager la création d’une banque, d’un café, d’une agence de pari mutuel... Tout cela sous le label d’une ONG, sans crainte d’être (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous