Danas

Monténégro : la sainte trinité de la traite des blanches, mafia, police et justice

| |

Les profits tirés du trafic des êtres humains viennent immédiatement après ceux du trafic d’armes, mais dépassent ceux du trafic de la drogue. Entrevue avec Ljiljana Raicevic, directrice du foyer sécurisé pour les femmes de Podgorica.

Propos recueillis par Nadezda Radovic Ces jours-ci on peut difficilement contacter Ljiljana Raicevic, même sur son portable. Pratiquement tous les médias ont mentionné qu’une jeune Moldave avait été recueillie dans le foyer qu’elle dirige, interrompant ainsi le trafic des femmes s’étendant de la Moldavie au Monténégro, via la Voïvodine. Entre temps, sept personnes ont été arrêtées. L’intérêt que portent les médias à cette affaire, tout comme les organisations internationales installées à Podgorica et Belgrade et les autorités de Podgorica, s’est pratiquement éveillé du jour au lendemain. Il a pourtant fallu des années de travail pour que le destin d’une jeune (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous