Monitor

Monténégro : La fin de l’illusion yougoslave

| |

Ne faudrait-il, après tout, négocier avec Milosevic ? Lui donner la
main, s’asseoir à table avec luiet signer la paix ? Cela ne semble plus
tout à fait aussi simple. Aujourd’hui, Milosevic ne peut plus justifier
les crimes au Kosovo par la folie de Radovan Karadzic ou le tempérament
de Ratko Mladic. Au Kosovo, le leader yougoslave est le commandant
suprême des forces armées et ne peut plus se réfugier derrière une autre
personne.

Le Tribunal de La Haye collecte des preuves pour dresser un acte d’accusation contre lui, tandis que les organisation les plus connues de défense des droits de l’homme préviennent qu’on ne doit plus négocier avec Milosevic. Ce serait la défaite morale de l’Occident. Si une Serbie détruite, mais toujours conduite par Milosevic, résultait des bombardements, il serait impossible de justifier la guerre par des objectifs humanitaires, même si le Kosovo était placé sous la protection de forces militaires et politiques internationales. Une nouvelle catastrophe éclaterait alors en Serbie même, en Voïvodine, et peut-être au Monténégro. Seuls, le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous