Reporter

Monténégro : l’opposition prend le pari risqué du boycott

| |

Si Filip Vujanovic réussit à obtenir 50 % plus une voix lors des élections présidentielles du 22 décembre, le bloc yougoslave n’aura plus de raison d’être sur la scène politique du Monténégro. La consigne de boycott pourrait bien se révéler suicidaire.

Par Zvezdana Kovac La maturation de la conscience démocratique au Monténégro n’est toujours pas à l’ordre : de nombreux analystes avaient attendu que la coalition majoritaire soutienne un candidat hors parti, mais sans succès. Le parti Démocratique des socialistes (DPS) a présenté son candidat, Filip Vujanovic, alors que le parti socialiste populaire (SNP) a décidé de boycotter les élections. La coalition gouvernementale n’a pas apporté son soutien à Ljubisa Stankovic, un éminent scientifique, autrefois dirigeant au Monténégro des Forces réformatrices de l’ancien Premier ministre fédéral Ante Markovic. "Le réflexe de monopole est (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous