Courrier des Balkans

Monténégro : Entretien avec le Premier ministre Filip Vujanovic

|

Les dirigeants monténégrins affichent un optimisme mesuré face aux
négociations de paix. Le président Milo Djukanovic a confirmé que le
Monténégro était « prêt à accueillir une force de paix internationale »,
en rappelant les exigences de démocratisation de la Fédération
yougoslave formulées par les autorités monténégrines : « il faut que des
forces démocratiques, qui auront le soutien du Monténégro, émergent en
Serbie elle-même ». Dans le cas contraire, Milo Djukanovic n’écarte
aucune hypothèse, notamment pas celle d’un référendum qui pourrait
décider de l’indépendance du pays. Explications du Premier
ministre monténégrin, Filip Vujanovic.

Propos recueillis par Jean-Arnault Dérens C.D.B. : Beaucoup de Monténégrins craignent que les forces serbes, en se retirant du Kosovo, ne se dirigent vers le Monténégro. La période qui s’ouvrent ne risque-t-elle pas d’être celle de tous les dangers pour le Monténégro ? F.V. : Le retrait de l’Armée yougoslave du Kosovo ne doit pas être une simple redisposition du dispositif militaire. Le Monténégro est prêt à ouvrir ses routes pour faciliter le retrait des forces yougoslaves, à condition qu’il ne s’agisse que d’un transit. Au contraire, nous espérons que des mesures de démobilisation seront très rapidement prises par les autorités fédérales. Dans le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous