Le Courrier des Balkans

Monténégro : ces « avortements sélectifs » qui font disparaître les petites filles

| |

« Qu’il soit sain et sauf, pourvu que ce soit un garçon », affirme un vieux diction monténégrin. Alors que l’on compte officiellement 200 IVG pour 1000 naissances, une étrange distorsion se produit : il naîtrait aujourd’hui 110 garçons pour 100 petites filles. Si les échographies révèlent que le nouveau-né à venir est de sexe féminin, les familles recourent fréquemment à l’avortement - quitte parfois à l’imposer à la mère. Reportage.

Par Mustafa Čanka / Traduit par Jasna Andjelić Les articles de la presse européenne sur les interruptions volontaires de grossesse « sélectives », si l’on sait que l’enfant à naître est du sexe féminin, ont choqué l’opinion publique dans les pays des Balkans. Cela a ouvert le débat sur un sujet que beaucoup de gens auraient préféré taire. Cependant, les données inquiétantes que l’on peut recueillir et les pratiques en cours dans les hôpitaux posent de nombreuses questions aux responsables politiques des pays concernés. Les données officielles sur le nombre d’avortement en Albanie, au Kosovo, en Serbie et au Monténégro sont alarmantes : en 2011, on (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous