Le Courrier des Balkans

Moldavie : la Gagaouzie, toujours en quête de reconnaissance et d’autonomie

|

Le 22 septembre 2008, les députés de l’Assemblée populaire de Gagaouzie ont officiellement reconnu l’indépendance de l’Abkhazie et de l’Ossétie du sud. Pourtant, ce territoire autonome du sud de la Moldavie a renoncé à ses propres velléités indépendantistes. La Gagaouzie veut seulement défendre sa langue et sa culture. Elle souhaite plus d’autonomie et de reconnaissance. Entretien avec Mihail Formuzal, « Bashkan » (gouverneur) de Gagaouzie, au siège du gouvernement de Comrat, autour d’un café turc préparé « à la mode gagaouze ».

Propos recueillis par Mehdi Chebana Le Courrier des Balkans (CdB) : Pourquoi, selon vous, les députés gagaouzes ont-ils reconnu l’indépendance de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud en septembre dernier ? CdB : Les relations entre Chişinău et Comrat se sont-elles améliorées depuis cet épisode ? MF : Mon prédécesseur, qui était communiste, disait que tout allait bien. Ce n’est pas mon opinion. Cela fait deux ans que je suis gouverneur de Gagouzie et j’ai pu observer que de nombreux problèmes subsistaient. Tout d’abord, Chişinău ne nous aide pas à mettre en valeur la culture gagaouze. Nous n’avons jamais reçu de subvention, ne serait-ce que pour (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous