Grèce : la modification de la définition juridique du viol, une victoire pour les femmes

| |

Jeudi 6 juin, le Parlement grec a voté la modification de la définition juridique du viol : un rapport sans consentement est désormais considéré comme un viol, déplaçant le focus sur le consentement plutôt que sur la violence et la résistance. Mais la Grèce n’est que le neuvième pays européen à avoir pris ce virage législatif.

Par Marina Rafenberg Il aura fallu une forte mobilisation des organisations féministes, d’Amnesty International et des associations LGBT, mais le gouvernement grec a fini par modifier dans la loi la définition du viol : désormais, la violence physique n’est plus un élément nécessaire pour définir ce crime. D’après le nouvel amendement, « l’acte de pénétration sexuelle sans consentement » est considéré comme un viol, et son auteur encourt une peine de dix ans de prison. Les menaces financière (quand le crime est perpétré par un employeur) et la publication de photos et de vidéos sur Internet sont également prises en compte par la nouvelle (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous