Le Courrier des Balkans

Mobiliser le potentiel humain de la Bosnie pour reconstruire le pays

| |

Le dixième anniversaire de la signature des Accords de paix de Dayton sera marqué par un constat accablant - la Bosnie et Herzégovine n’est toujours pas un état viable ! Il existe des points positifs, mais les partis politiques locaux, en partenariat avec les agences internationales présentes en Bosnie-Herzégovine, n’ont pas encore réussi à construire une structure étatique servant tous les citoyens de Bosnie. Une des raisons de cet échec est la négligence totalement injustifiable du capital social de la Bosnie-Herzégovine.

Par Miroslav Zivanovic* La construction d’un Etat est une démarche d’envergure qui nécessite un capital financier, humain et social conséquent. Mais comment définir le capital social d’un Etat ? Celui-ci englobe le capital humain et les normes qui permettent d’orienter la société vers la prospérité et le bien-être. Plus les réseaux et les rapports sociaux sont intenses, plus le capital social d’un Etat est important. De nombreuses recherches menées par des entreprise italiennes et indiennes ont clairement démontré qu’il existe un lien direct entre le capital social d’un pays et la qualité de sa démocratie, ainsi que la vitalité de son développement (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous