Turquie : après le procès Gezi, les femmes organisent la résistance

|

Le 25 avril, Osman Kavala et ses sept co-accusés ont écopé de très lourdes peines dans le procès Gezi. Une parodie de justice symbole de la dérive autoritaire du régime Erdoğan qui se durcit à l’approche de la présidentielle 2023. Malgré la répression, les opposant.e.s ont encore manifesté. Une centaine de femmes se sont rassemblées devant la prison de Bakırköy. Reportage.

Par la rédaction | Avec Claire Corrion, notre correspondante à Istanbul « Nous condamnons et rejetons les peines reçues par nos huit amis », a lancé Pınar Giritlioğlu, membre de la Chambre des urbanistes d’Istanbul, devant les murs de la prison. « Les procès ont été menés sans aucune preuve concrète et nous nous dresserons contre cette injustice. » Avant de lancer : « Nous sommes Gezi, nous sommes partout. Nous n’avons pas peur, nous n’abandonnerons pas, nous continuerons à nous battre et retrouverons nos amis dès que possible. » « Un assassinat judiciaire » En détention depuis fin 2017, Osman Kavala a dénoncé un « assassinat judiciaire ». Sa (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous