Réfugiés : sur la « route des Balkans », pris au piège des frontières fermées

Depuis le 8 mars, la « route des Balkans » est officiellement fermée. Après la signature de « l’accord de la honte », l’Union européenne a confié à la Turquie la défense de sa frontière extérieure. Après le coup d’État manqué du 15 juillet contre le président Erdoğan, les 27 sont inquiets. Alors que 60 000 réfugiés oubliés sont toujours bloqués dans des camps en Grèce, les passages clandestins sont en forte hausse cet été.