BIRN

« Micro-diplomatie » : après avoir reconnu le Kosovo, Nauru reconnaît l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud

| |

Nauru, petite île du Pacifique, latitude 0°32’S, longitude 166°55’E, 21 kilomètres carrés, 11.000 habitants, est l’un des États les plus pauvres de la planète. Pour remplir ses caisses, le gouvernement monnaye ses reconnaissances internationales. Après avoir reconnu le Kosovo, Nauru vient de reconnaître l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud - c’est le premier État du monde à avoir pratiqué cette double reconnaissance. Ce choix peut-il avoir des conséquences diplomatiques ?

Par Tim Judah Nauru s’étend sur seulement 21 kilomètres carrés et sa population – très pauvre – s’élève à 11.000 habitants. La semaine dernière, Kieren Keke, le ministre des Affaires étrangères nauruan, s’est déplacé à Moscou, à Tskhinvali, la capitale de l’Ossétie du Sud, ainsi qu’à Sukhumi, la capitale de l’Abkhazie. Selon Radio Free Europe et le journal russe Kommersant, Kieren Keke a recueilli 50 millions de dollars en vue de « projets socio-économiques urgents à Nauru » durant son séjour à Moscou. En Ossétie du Sud, Kieren Keke a déclaré que son pays souhaitait « aider les jeunes républiques du Caucase à surmonter leurs difficultés » en lui accordant (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous