Dnevnik

Macédoine : une amnistie très politique pour les crimes de guerre de l’UÇK-M

| |

Le TPIY avait renvoyé en 2008 devant la justice macédonienne plusieurs dossiers concernant des crimes de guerre commis par la guérilla albanaise de l’UÇK durant le conflit de 2001. Il s’agit notamment du massacre des civils macédoniens de Neprošteno. Le Parlement a décidé que ces dossiers seraient couverts par la loi d’amnistie. Il s’agissait d’une condition posée par le BDI pour participer au nouveau gouvernement de Nikola Gruevski.

Le Parlement macédonien a voté le 16 juillet dernier, par 63 voix pour et 29 contre, la « bonne interprétation » de l’article 1 de la loi d’amnistie. Ainsi, l’amnistie concerne toutes les personnes incriminées pour des faits liés au conflit armé de 2001, commis avant la date butoir du 26 septembre 2001 - y compris les personnes contre lesquelles le Tribunal pénal international de La Haye (TPIY) avait ouvert un dossier. Retrouvez notre dossier : Dix ans après les accords d’Ohrid : la Macédoine va-t-elle mieux ? Les affaires de l’enlèvement et du massacre des civils macédoniens de Neprošteno, des cinq ouvriers kidnappés et torturés de l’entreprise de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous