Le Courrier de la Macédoine

Macédoine : un festival, deux tapis rouges

|

La ville de Bitola, organisatrice du festival de cinéma des frères Manaki depuis 1979, est déshéritée de son événement-phare par la capitale macédonienne, Skopje, qui récupère une partie de la programmation du festival. Les cinéphiles de Bitola manifestent contre la centralisation de la culture en Macédoine, où le cinéma est en mauvaise passe. Un reportage multimédia de l’envoyée spéciale du Courrier de la Macédoine.

Par Béatrice André La tradition contre la conjoncture. Le festival de cinéma macédonien des frères Manaki a en partie déménagé, de Bitola, au sud de la Macédoine, vers Skopje, sa capitale. Si c’est à Bitola que Milton et Janaki Manaki ont tourné leurs premières séquences en 1905, c’est Skopje qui projette le plus de films cette année. Pour les protecteurs de la tradition, il s’agit d’une excuse pour renforcer la centralisation des événements culturels en Macédoine. Les organisateurs avancent qu’ils tentent ici de sauvegarder, ou de relancer la mode du cinéma en Macédoine, qui semble y être bien mal en point. Ecoutez le maire de Bitola et l’ambiance du (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous