Dnevnik

Macédoine : Milosevic - et tout est possible

| |

Tout le drame du conflit au Kosovo relève de la certitude de la solution
au final. A première vue cette thèse paraît absurde car la règle dit que
le conflit prend de l’ampleur lorsqu’aucune issue ne se dessine à
l’horizon et non pas dans la situation contraire - lorsque la solution
est déjà palpable et surtout qu’elle est la seule possible, comme dans
le cas actuel.

Chacun peut voir sans ambiguïté que la formule de paix durable et réelle au Kosovo (le président yougoslave Slobodan Milosevic insiste notamment sur le terme " durable ") consiste en trois éléments importants : 1. Le Kosovo doit s’attribuer d’une autonomie large, conformément à celle déterminée dans la Constitution yougoslave de 1974 et limitée au fur et à mesure après les émeutes au Kosovo en 1981 pour être formellement suspendue dix ans plus tard. 2. La province serbe méridionale, une fois dotée d’une autonomie, doit rester de manière formelle et essentielle dans le cadre d’une Yougoslavie démocratisée, dont l’intégrité territoriale sera de cette (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous