Slobodna Evropa

Macédoine : loi de lustration et règlements de compte politiques

| |

Vous avez collaboré avec la police de l’ancienne Yougoslavie ? Vous ne pourrez plus prétendre à un emploi public. Tel est le sens de la loi de lustration, en vigueur depuis 2008 en Macédoine. Le gouvernement voudrait aller plus loin, en divulguant les noms des anciens « collaborateurs ». Le bras de fer se poursuit entre majorité et opposition autour de la Cour constitutionnelle qui refuse que la lustration serve à des vengeances politiques.

Par Blagoja Kuzmanovski La loi de lustration en Macédoine est entrée en vigueur en 2008. L’objectif initial de ce processus était de « nettoyer » la société des personnes ayant collaboré avec les services secrets et qui ont aujourd’hui des postes dans la fonction publique. La loi a été amendée en 2009 et 2011 mais la « lustration », détournée de son objectif, permet de surtout de régler les comptes avec l’opposition. Ces dernières années, la Commission de lustration a proclamé « collaborateur des services secrets » l’ancien président de la Cour Constitutionnelle, le dirigeant d’un petit parti d’opposition, un juge en retraite, un professeur de la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous