Réfugiés : en Macédoine, le risque d’un « goulot d’étranglement »

| | |

Alors que plusieurs milliers de « migrants économiques » sont toujours bloqués à la frontière entre la Grèce et la Macédoine, le président du Conseil européen, Donald Tusk, a fait une visite éclair à Skopje. Il y a été reçu plus que froidement par les autorités macédoniennes qui craignent qu’un « goulot d’étranglement » ne se forme à leur frontière méridionale.

Par Jaklina Naumovski (Avec Utrinski Vesnik) — C’est le statu quo qui prédomine à la frontière méridionale de la Macédoine : les réfugiés passent toujours, mais au compte-gouttes et en fonction de leur pays d’origine. Selon les chiffres officiels du ministère de l’Intérieur, 4 481 personnes ont été enregistrées dans la journée de samedi mais des milliers de gens sont toujours coincées entre la Grèce et la Macédoine. Dans la no man’s land, les migrants qui ne sont pas autorisés à passer tentent de bloquer les autres réfugiés, refusant même l’aide humanitaire distribuée par la police et les ONG. Certains d’entre eux occupent la voie ferrée, ce qui (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous