AIM

Macédoine : le Parlement comme cour de récréation

| |

Les innombrables conseillers en démocratie parlementaire qui ont sillonné
les Balkans ces dix dernières années ne pouvaient pas imaginer, même dans
leurs rêves les plus fous, qu’un corps législatif pourrait devenir ce que le
Parlement macédonien est devenu.

Par Zeljko Bajic Le Président du Parlement macédonien, Stojan Andov, a retiré mardi dernier sa propre proposition de dissoudre l’assemblée. Le coordinateur du groupe de l’ Alliance sociale-démocrate, Nikola Popovski, a dénié à Stojan Andov le droit de faire une telle proposition, étant donné que celui-ci ne figurait pas parmi les signataires de l’accord d’Ohrid, que Stojan Andov citait largement à l’appui de sa proposition. Nikola Popovski a aussi reproché à Stojan Andov de se servir d’autres parties de l’accord. En fait, le Président du Parlement a manifesté ces derniers mois une grande habileté à caresser dans le sens du poil et à s’entendre avec (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous