Le Courrier des Balkans

Macédoine : la justice fait du zèle contre la liberté de la presse

| |

Cela fait deux mois que le journaliste Tomislav Kežarovski croupit en prison. La justice l’accuse d’avoir révélé le nom d’un témoin protégé dans une affaire de meurtre commandité. Une nouvelle pression du gouvernement contre les journalistes au moment où un projet de loi contesté sur la liberté de la presse est en discussion au Parlement ? Tomislav Kežarovski a entamé une grève de la faim.

Par Jacqueline Bisson Depuis le 29 mai dernier, une autre voix du journalisme macédonien est muselée, celle de Tomislav Kežarovski. Voilà deux mois qu’il se trouve derrière les barreaux pour des faits qui remontent à 2008. Sa faute ? Avoir dévoilé dans deux de ses articles publiés dans le magazine Reporter 92 le nom d’un témoin protégé dans une affaire de meurtre commandité datant de 2005. Ce n’est qu’aujourd’hui, dans le cadre de l’opération « Liquidation », que la justice a décidé de poursuivre le journaliste. Après la prolongation de sa détention provisoire mardi 23 juillet, c’est l’incompréhension qui domine, tant dans l’opinion publique qu’au (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous