Novosti

Macédoine : l’infernale spirale du sous-développement

| |

La Macédoine, ravagée par des privatisations sauvages et un libéralisme sans frein, ne cesse de s’enfoncer dans la misère et le sous-développement. Alors que le salaire minimum ne s’élève qu’à 130 euros par mois, les syndicats sont à la botte du gouvernement. Les pires mesures d’austérité passent sans aucun débat social, la société civile est atone. L’analyse désabusée du philosophe Artan Sadiku, qui plaide pour la formation d’une alternative régionale.

Propos recueillis par Srećko Pulig Novosti (N.) : La Macédoine n’a pas sombré dans la guerre durant les années 1990, certains ont pensé que le pays réussirait sa transition, mais c’est loin d’être le cas... Artan Sadiku (A. S.) : En effet, la Macédoine a été initialement perçue comme un havre de paix parce qu’elle a quitté la Yougoslavie sans qu’un seul coup de feu ne soit tiré. Dès 2001, elle a connu un conflit interethnique entre Macédoniens et Albanais. Des groupes rebelles albanais ont attaqué les forces macédoniennes afin de créer un contexte politique favorable en vue d’obtenir certains droits et de mettre fin à la discrimination légale (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous