Le Courrier des Balkans

Littérature albanaise de la diaspora : Erjus Mezini, l’exode vers les pages

| |

« Matérialisme, égoïsme, hypocrisie, violence... » Écrivain de la diaspora albanaise vivant aux États-Unis, Erjus Mezini s’interroge sur la crise morale que traverse l’Albanie depuis la transition des années 1990. Il est notamment l’auteur de Seconde chance, qui a remporté le premier prix du Salon du livre de Pristina. Entretien.

Propos recueillis par Ermal Bubullima Écrivain et philosophe, Erjus Mezini a quitté l’Albanie en 1997. Il vit depuis six ans aux États-Unis, après avoir passé une dizaine d’années en Grèce. Il est l’auteur de Shansi i Dyte (« Seconde chance », 2013), Katër Stinat (« Quatre saisons », 2015) et Si ta Kuptojmë Barazinë Demokratike ? (« Comment comprendre l’égalité démocratique ? », 2015). Le Courrier des Balkans (CdB) : Vous êtes un écrivain de la nouvelle génération. Une génération qui n’a pas tellement vécu en Albanie avant les années 1990, ni même après. Une génération marquée par l’exil. Erjus Mezini (E.M.) : J’ai bien un souvenir du communisme. Mon père (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous