Le Courrier des Balkans

Les Roms, otages et boucs émissaires de la politique intérieure française ?

| |

Selon Manuel Valls, la plupart des Rroms qui habitent en France « ne souhaiteraient pas s’intégrer ». La polémique suscite des commentaires aigres-doux en Bulgarie comme en Roumanie. Beaucoup s’étonnent que quelques milliers de Rroms deviennent ainsi une question politique centrale à quelques mois des prochaines élections municipales... Et tous redoutent que la question ne serve de prétexte pour bloquer les deux pays hors de l’espace Schengen.

Par Matei Martin (Bucarest) et Ivo Hristov (Sofia) A Bucarest, la déclaration de Manuel Valls ainsi que les rapatriements « volontaires » des Rroms provenant de Roumanie et de Bulgarie, ne font pas les grands titres de la presse. • Retrouvez notre dossier : Rroms en France : racisme, discriminations et démagogie politique Cependant, l’impasse dans laquelle se trouve le gouvernement français en ce qui concerne l’intégration de quelque 17.000 Rroms est traitée avec ironie et un certain esprit revanchard. La France, qui jusqu’à récemment donnait encore à la Roumanie des leçons de démocratie, de tolérance et de multiculturalisme échoue de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous