Sega

Les mythes du nationalisme bulgare

| |

Si les conséquences du processus de slavisation forcée des Turcs de Bulgarie ont vraiment été surmontées, est-ce grâce à la tolérance des Bulgares ou des Turcs ? Si nous sommes amenés à vivre dans l’UE, il nous faudra renoncer aux idées qui veulent que notre nation soit fondée sur une communauté de sang, que les pays voisins nous ont toujours fait du tort, et que nous sommes uniques.

Par Tchavdar Marinov Contrairement à ce que pensent les intellectuels bulgares soi-disant libéraux, l’adhésion de la Bulgarie à l’UE ne suppose vraisemblablement pas qu’il faille tirer un trait sur l’identité nationale et la culture bulgares. Mais en dépit de ce que pensent les nationalistes conservateurs, elle entraînera nécessairement leur reformulation de fond en comble. Manifestement, en ce qui concerne le nationalisme, l’UE ne représente pas un espace homogène : sous cet angle, même la Grèce et la Hongrie sont sensiblement proches de nous. L’UE ne représente certainement pas une oasis postnationale où le nationalisme atavique ne connaît jamais (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous