Dnevnik

Les citoyens de Serbie pris au piège du Kosovo

| |

Les réformes urgentes ? On verra ça quand le statut du Kosovo sera réglé ! Les élections ? Pas avant que la question du Kosovo ne soit tranchée ! L’intégration européenne ? On en reparlera après le Kosovo... Alors que les citoyens de Serbie sont beaucoup plus préoccupés par leurs conditions de vie et le développement du pays, une partie de la classe politique serbe utilise la question du Kosovo comme alibi pour éviter d’affronter les problèmes urgents du pays.

Par Ljubinka Malesevic Bien que les négociations officielles sur le Kosovo, qui doivent durer 120 jours et se terminer avant le 10 décembre de cette année, n’aient toujours pas véritablement commencé, les tensions politiques sont déjà fortes en Serbie. La vie devrait-elle s’arrêter en Serbie et toutes les décisions politiques importantes et longtemps attendues devraient-elles être retardées jusqu’au jour « J » et la décision sur le statut final de la province serbe méridionale ? L’idée que le Kosovo est « la question de toutes les questions », et qu’il faudrait mettre de côté tous les autres problèmes avant de la résoudre, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous