Kultura

Les Bulgares oublient-ils leurs héros nationaux ?

| |

Les médias bulgares dénoncent volontiers le manque d’estime que les citoyens porteraient aux héros nationaux et aux « éveilleurs » de la conscience. On ne parle pourtant que trop de ces héros, en oubliant les véritables bases sur lesquelles peut se construire une société civile ouverte, à commencer par une véritable appropriation de l’espace public.

Par Vladimir Trendafilov On fait tout pour laisser croire que le Bulgare n’aura jamais fini de rembourser la dette qu’il a contractée auprès des héros nationaux. Il y a quelques années de cela, on a même restauré la fête officielle qui leur est consacrée, mais le jour J, nul ne sait vraiment ce qu’on est sensé faire sinon fêter chez soi ce qu’on a envie de fêter, et afficher un air honteux juste au cas où quelque reporter s’approcherait micro en main. D’ailleurs, en Bulgarie, la honte est un élément très important de la vénération qui est sensée être due aux illustres défunts. On inculque systématiquement aux Bulgares qu’ils (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous