Le Courrier des Balkans

Les Balkans à Moëlan ! Ar Balkanioù e Molan !

|

Du 2 au 9 octobre, la commune bretonne de Moëlan-sur-Mer a vécu au rythme des Balkans. Le Courrier des Balkans y co-organisait un festival dédié aux cultures de l’Europe du Sud-Est, en partenariat avec la mairie. Expositions, films, conférences, concerts et convivialité « balkano-bretonne », le programme était riche. Le public ne s’est pas trompé et est venu en nombre. Revivez cette semaine exceptionnelle.

Par Julie Quetier

<p />photo Julie Quetier</p>
Isabelle Moign, Jean-Arnault Dérens, Loïc Le Nezet et Aleks Wasieczko
photo Julie Quetier

Tout a commencé en musique, le vendredi soir, avec la fanfare balkano-bretonne Burek, invitée de l’inauguration du festival et du vernissage de l’exposition « Kosovo, fragments d’impacts », de Gil Guardiola et Aleks Wasiecsko. Le public était nombreux dans la superbe salle municipale L’Ellipse. L’adjointe à la culture de Moëlan, Isabelle Moign, Jean-Arnault Dérens et le directeur de la salle, Loïc Le Nezet ont brièvement rappelé l’origine de ce festival et la coopération exceptionnelle qui a pu s’établir entre la mairie et le Courrier des Balkans.

Le lendemain, Aleks Wasiecsko et Gil Guardiola eurent l’occasion de revenir sur leur travail et de présenter leur livre à la bibliothèque municipale de Moëlan. Le lundi suivant, Aleks a accueilli des classes de troisième du collège Parc ar c’hoat, qui sont venues visiter l’exposition.

<p />photo Julie Quetier</p>
Laurent Geslin
photo Julie Quetier

Pour mieux « comprendre les Balkans », près d’une centaine de personnes se pressaient le dimanche après-midi à la conférence de Jean-Arnault Dérens, rédacteur en chef du Courrier des Balkans, et de Laurent Geslin, journaliste, tous deux auteurs de Comprendre les Balkans. Histoire, sociétés, perspectives. De l’histoire de la région aux perspectives d’intégration européenne, les questions n’ont pas manqué.

La conférence était précédée de la projection du film de la réalisatrice bulgare Adela Peeva « A qui est cette chanson ? » Ce road-movie, d’Istanbul à Sarajevo, en passant par Mytilène, Korça, Vranje et Skopje, est une autre manière d’entrer dans la complexité identitaire de la région.

<p />photo Julie Quetier</p>
Jean-Arnault Dérens, Isabelle Moign et Ylljet Aliçka
photo Julie Quetier

Le cinéma Le Kerfany a accueilli le 6 octobre SEM l’Ambassadeur d’Albanie en France, écrivain et scénariste, Ylljet Aliçka à l’occasion de la projection du film « Slogans », réalisé d’après sa nouvelle Les slogans de pierre. « Slogans », couronné par de nombreux prix dans les festivals internationaux, est l’un des plus grands succès du cinéma albanais contemporain.

Plus de 100 personnes ont assisté à la projection suivie d’un riche débat, qui a abordé à la fois l’histoire particulière du stalinisme albanais et la situation actuelle du pays.

Le lendemain, l’ambassadeur Ylljet Aliçka a pu visiter la commune et déjeûner avec ses représentants, à l’Auberge de la Mer, sur la plage de Kerfany.

Lecture de contes pour un public captivé

Aucun public n’a été oublié : les enfants se sont pressés nombreux le mercredi après-midi à la Bibliothèque municipale pour une lecture de contes des Balkans, mis en voix par Bruno Geneste, Isabelle et Corinne Moign.

Chaque événement a drainé un public nombreux, venu de Moëlan et des environs, mais aussi de plus loin en Bretagne. On pouvait croiser d’anciens militants des « comités Bosnie » de Lorient, Quimper ou Saint-Brieuc, des représentants de la petite communauté bulgare de Quimperlé, des jeunes monténégrines en stage dans le pays de Concarneau, des « passionnés des Balkans » venus de toute la Bretagne, ainsi bien sûr que le « pool » breton du Courrier au complet : Amaël Cattaruzza et Duda Krivokapić, notre traductrice albanaise Mandi Gueguen, etc...

<p />photo Julie Quetier</p>
Café littéraire, de g. à dr. : Laurent Geslin, Velibor Čolić, Jean-Arnault Dérens, Mireille Robin et Aleks Wasieczko
photo Julie Quetier

Jeudi soir, c’est sur le port de Brigneau, l’un des trois petits ports de la commune, que tout se passait : la café l’Avel Mad se mettait à son tour à l’heure balkanique, pour une soirée d’exception, rythmée par l’accordéon de Marcel, autour du grand écrivain bosniaque Velibor Čolić et de la traductrice Mireille Robin, « encadrés » de Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Aleks Wasiecko.

La soirée a commencé autour d’une évocation du travail de Mireille Robin qui, depuis plus de vingt ans, fait « passer » des textes et découvrir des auteurs de toutes les républiques de l’ancienne Yougoslavie. Aleks Wasieczko a ainsi lu des poètes de Sarajevo traduits par Mireille, Izet Sarajlić et Abdulah Sidran.

Velibor Čolić a lu des extraits de son prochain roman, « l’évocation d’une enfance heureuse dans un pays qui a disparu, la Yougoslavie », directement écrit en français, tout comme le précédent roman de Velibor, Archanges (roman a capella).

Ce café littéraire était organisé en partenariat avec Balkanophonie, la webradio francophone des Balkans.

Tout s’est terminé, comme de juste, par une immense fête : un grand concert a vu se succéder le groupe Latcho Bashavav et les virtuoses du quartet Erik Marchand. Le chanteur breton était accompagné de Jacky Mollard au violon, Costica Olan à la clarinette et Viorel Tajkuna à l’accordéon, originaires du Banat.

Le concert s’est poursuivi par un « boeuf » exceptionnel, où les musiciens des deux formations ont été rejoints par les amis de la fanfare Burek.

Cette semaine a permis de démontrer une fois de plus la « complicité » particulière qui peut naître entre la culture et la sociabilité bretonne et celle des Balkans, et qui avait déjà été démontrée lors du Festival de cinéma de Douarnenez consacré aux « Peuples des Balkans », en 2006. Velibor Čolić, établi à Douarnenez depuis ce festival, n’hésite pas à parler de la « connexion balkano-breizh »...

Le maire de Moëlan, Nicolas Morvan, se réjouissait du succès de la semaine, en soulignant sa volonté « d’ouvrir Moëlan, de changer l’image parfois un peu endormie de la commune ». L’adjointe à la culture, Isabelle Moign, fortement engagée dans la réalisation du festival, soulignait que « c’est dans la connaissance de sa propre culture mais dans le regard et le respect de toutes les cultures du monde que l’être humain gardera et cherchera en permanence la paix si difficile à atteindre », en rappelant son engagement politique personnel à l’Union démocratique bretonne (UDB).

Bien relayé par la presse locale, le festival s’est aussi « prolongé » sur les ondes de France Bleue Breiz Izel, où plusieurs émissions de débats ont permis d’aller plus loin dans la découverte des Balkans.

Un grand merci pour finir à la mairie de Moëlan-sur-Mer, à la Bibliothèque municipale, au Cinéma Le Kerfany, à tous les personnels communaux, au Centre culturel L’Ellipse et à son directeur Loïc Le Nezet, ainsi qu’à nos partenaires privés : Marie-Jo de la librairie Penn da Benn de Quimperlé/Kemperle, et Denis et Michèle du bar l’Avel Mad de Brigneau.

<p />photo Julie Quetier</p>
Après le concert, on continue...
photo Julie Quetier
<p />photo Julie Quetier</p>
Après le concert, on continue : Erik Marchand, Velibor Čolić et, au violon, Jacky Mollard
photo Julie Quetier
<p />photo Julie Quetier</p>
Fanch, de la fanfare Burek
photo Julie Quetier