La Bosnie-Herzégovine, carrefour du trafic international d’oeuvres d’art

| |

Selon Interpol, 6,3% du commerce illégal d’œuvres d’art dans le monde se produit en Europe du Sud-est. Durant la guerre de Bosnie-Herzégovine, un véritable pillage s’était organisé mais, depuis le retour à la paix, la situation ne s’est guère améliorée, du fait de la négligence des autorités. Une conférence internationale vient d’avoir lieu sur ce thème à Tuzla.

Par Eléonore Loué-Feichter La conférence sur « Le commerce illégal de l’art en Bosnie-Herzégovine » a réuni le 20 octobre 2015 à la Galerie internationale des Portraits de Tuzla plus de 40 participants, dont les acteurs les plus importants de la lutte contre ce type de criminalité : services de police et de douanes, institutions judiciaires, ministères, organisations internationales, ambassades, institutions artistiques et culturelles et organisations non-gouvernementales. Organisée dans le cadre de la Biennale du Portrait INTERBIFEP 2015 par le Centre contre le trafic d’œuvres d’art en Bosnie-Herzégovine, association fondée en 2014 à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous