Association Sarajevo

Le TPI en arrière fond de l’affrontement entre Paddy Ashdown et les dirigeants serbes de Bosnie

|

Le rejet par l’OTAN de la demande d’adhésion de la Bosnie-Herzégovine au Partenariat pour la paix a entraîné les mesures de sanction prises par le Haut représentant international contre les dirigeants, auxquels il est reproché de ne pas collaborer avec le TPI et de faciliter la cavale des accusés, notamment celle de Ratko Mladic.

Il était prévu que le nouveau rejet par l’OTAN de la demande d’adhésion de la Bosnie-Herzégovine au Partenariat pour la Paix, en raison de la non-coopération de la Republika Srpska avec le TPI, entraînerait une réaction du Haut-Représentant de la Communauté internationale. Les mesures attendues ont été rendues publiques le 16 décembre à Sarajevo par Paddy Ashdown. La surprise est venue de ce que le Haut Représentant, en plus de critiquer, comme à l’habitude, le refus des autorités de Banja-Luka d’arrêter les criminels de guerre inculpés, a directement mis en cause l’armée et les services de sécurité de l’entité serbe. Il a révélé que Ratko Mladic avait (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous